Lâcher prise   12 comments

Un soir, une nuit ou à l’aurore,
Peu importe le décor,
Si vraiment tu es sans ressort,
Abandonne ton passeport.

Dépose tes livres et ton savoir dans la grange,
Oublie toutes les louanges.
Fais le silence, et, écoute ton cœur en échange.
Comme c’est étrange !

Le vide s’installe, et semble indolore.
Une présence invisible… Peut être un ange,
Sonne au son du cor.
Comme c’est étrange !

« Regarde en toi. Libère le trésor. »
Seul dans le noir, le vide encore…
Nu comme un ver. Qui cela dérange ?
« Ouvre ton cœur… Prépare les vendanges ! »

Pardonne sans aucune attente, à ceux qui t’ont fait du tort,
Pardonne toi aussi, d’avoir bâti tous ces gardes corps.
Haines et rancœurs sont des prisons avec leurs états majors.
Elles ligotent l’Amour à bras le corps.

Seul, le pardon permet, en dernier ressort
De s’évader et, enfin, d’éclore…

Telle une mésange,
Envole toi comme un archange.
C’est trop fort !
Utilise cette clef d’or…

Jacques
Publicités

Publié 3 novembre 2015 par Coeur de Lyon007 dans Non classé

12 réponses à “Lâcher prise

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Bonsoir Jacques,
    Se retrouver face à soi-même…peut être si libérateur.. si salvateur…si on sait s’imprégner de cette flamme énergisante qui couve en nous.

    Mes amitiés

  2. Merci, Jacques, cette clé est d’un or si pur

  3. Je voulais venir vous remercier pour vos messages
    A très bientôt. Bonne journée.

  4. Oh oui ! Fais silence… Nous avons tout, tout au fond de nous, mais encore faut-il faire silence pour entrer en contact avec cette puissance intérieure.
    Je t’invite aussi à découvrir mon site « Révélez votre élégance » :
    revelezvotreelegance.com et à t’inscrire sur le site ou ici pour bénéficier de conseils et cadeaux.
    Avec respect, Yveline.

  5. Merci Jacques ❤️

  6. Dommage que tu ne passes plus ici avec ta plume, c’est bon de te lire 🌷

    • Merci Nath, c’est gentil de me dire cela !
      Oui, tu as raison ma plume s’est figée depuis un bon bout de temps.
      Comme si elle était soumise à un environnement extrêmement glacial… Elle s’est renfermée sur elle-même… Peut-être pour se protéger…
      Qui sait ? Et pourquoi ?
      Pourtant les mêmes choses et la même Confiance me trottent dans la tête.
      Confiance inébranlable en la Vie et en l’Être humain.
      Ma Joie de vivre, d’être là, ici ou ailleurs est intacte…
      Écrire et laisser parler mon Coeur me démange tellement mais, mais, mais….je me sens parfois si décalé par ce que j’ai envie d’écrire…
      Merci de ton passage, Nath.
      Belle journée
      Jacques

  7. Je passais par ici aujourd’hui peut-être nostalgique du temps de nos premiers contacts , toi; Manouchka .Kokotte ,Kleaude et d’autres qui s’y sont greffés au fil du temps j’ai osé écrire sur ma vie, j’adore cet écrit libère le trésor je crois que seul le pardon peut nous rendre libre, on trouve tout au fond de soi mais en effet la question est qui l’a mis là Tu peux être prisonnier même au sommet de la plus haute montagne, et tu peux devenir libre même au fond d’une prison.
    (Auteur inconnu)

    Le pardon.
    J’ai vécu longtemps en étant mal dans ma peau.
    J’ai vécu longtemps comme si je portais un fardeau.
    Une colère m’habitait.
    Un ressentiment profond, et un apitoiement sans fond.
    Est-il légitime certains diront que oui ?
    Moi je crois qu’il m’a retenu prisonnière.
    Pendant si longtemps.
    Chaque matin inconsciemment je mettais dans mon bagage.
    Les gestes de mes abuseurs.
    Et toutes mes blessures.
    Ils m’empêchaient de vivre.
    Toutes mes heures étaient teintées du passé.
    Je portais la honte.
    J’ai porté mon corps de souffrance si longtemps
    Comme une deuxième peau je m’en revêtais.
    Je ressassais sans cesse tous ces gestes.
    Je les revivais continuellement
    Ils gâchaient tous les beaux instants de ma vie.
    Comme si tout était teinté de grisaille ?
    J’ai sombré dans l’alcool.
    Pour oublier.
    Pendant si longtemps.
    Je privais tous ceux qui m’aimaient
    Dans le présent de ma vie.
    J’étais si absente dans ma vie au présent.
    Puis un jour j’ai eu un réel désir de vivre.
    Et de devenir présente à ma vie.
    Après avoir si longtemps eu le goût de mourir.
    J’ai eu le réel désir de sortir du rôle d’une victime.
    Car je ne pouvais plus vivre avec celle-ci.
    Je suis pour un temps tomber dans un autre extrême celui du bourreau.
    Mon esprit habité par la rancune et des désirs de vengeance.
    Soif de faire justice ?
    M’a tant fait souffrir.
    Longtemps il était inconscience.
    Puis arrive une prise de conscience
    Je ne pouvais plus vivre avec tout ce ressentiment dans mon être.
    Il me consumait à petit feu.
    J’en étais rendu encore a une croisée de chemin
    Et de tout mon cœur j’ai eu un désir de pardonner.
    Un désir d’être libre.
    Oui un désir de pardon a pris naissance.
    Et depuis ce jour le pardon a fait son chemin en moi.
    Cela peut paraître facile et cela peut l’être en effet.
    Mais pour moi ce fût le chemin de presque une vie.
    Parce que j’ai résisté si longtemps au lâcher prise.
    Je me suis accroché si longtemps a ce passé souffrant.
    Je crois que j’en avais fait mon identité.
    Je n’ai pas oublié les gestes et je ne les approuve pas.
    Mais j’ai libéré le lien qui me retenait à eux.
    Ils font partis du passé.
    Je les laisse partir en paix.
    Je suis libre et ils sont libres.
    Je ne retiens plus rien emprisonné.
    J’ai démoli la prison que j’avais construite en moi.
    J’ai libéré leurs cœurs et le mien
    Et j’ai fait le même chemin envers moi.
    Je me suis entièrement pardonné.
    Tous mes ressentiments, mes désirs de vengeances, mes colères.
    Et chacun de mes manquements et de mes inconsciences.
    Je me suis pardonné mes longues absences.
    Dans ma vie au présent.
    J’essai de rester dans le moment qui est là peu importe comment il se présente.
    Présente à moi-même et à ce que je rencontre.
    J’ai libéré mon cœur les souvenirs ne me font plus mal.
    Et je les visite de moins en moins.
    Ils sont là mais je suis libre d’eux.
    Je les pardonne du plus profond de mon être.
    Je peux leur dire vas en paix.
    Je ne garde aucun otage en moi.
    Je le ressens dans le plus profond de moi.
    Je ne peux changer le monde.
    Mais je peux changer mon monde
    Je peux enfin me dire vis en paix, vis la paix.
    Je peux rencontrer chacun d’eux dans mon esprit.
    Je ne tiens plus aucun livre de comptes.
    Aucune facture en suspens.
    Je ne peux expliquer mais le pardon je l’ai fait pour moi d’abord.
    Et ensuite par amour pour mes enfants.
    Quand j’ai eu le désir intense de leur donner une mère au présent.
    Et non pas une prisonnière du passé.
    Je ne nie pas, ce qui est arrivé. Je choisis de ne plus le juger.
    De ne plus le porter.
    Je choisis de libérer mon cœur de toute condamnation.
    De tout ressentiment de ne rien retenir.
    Je ne garde aucune résistance.
    Je choisis de vivre la paix en moi.
    Il y a des relations que je n’entretiens plus.
    Mais je ne les retiens pas dans une prison à l’intérieur de moi.
    Je les laisse partir en paix.
    Je vis au présent.
    Et tout est parfaitement bien en cet instant
    Je suis présente ici maintenant.
    Pleinement et entièrement.
    J’ai repris le plein pouvoir de ma vie.
    La totale responsabilité de mes émotions.
    Mon cœur et mon âme sont maintenant si légers.
    Quand la paix que m’a procuré le pardon est venu touchée mon Être.
    J’ai ressenti l’amour et une grande liberté.
    Et une douceur.
    Est venu habiter mon cœur en profondeur.
    Jeanne D’arc
    xoxoxo

  8. Bonjour Jeanne,
    Quel magnifique plaidoyer pour le pardon !
    Il faut vraiment avoir vécu cela dans ses tripes pour comprendre vraiment toute la portée de tes mots
    Le fardeau que l’on traîne est d’une puissance incommensurable.
    Il fausse la réalité, brouille la vue, dénature chaque événement, trompe la conscience, calfeutre le cœur sous une carapace impénétrable.
    Personne ne le voit… Personne ne le soupçonne…
    Et la Vie de tous les jours est une succession d’échecs….sans fin…

    Jusqu’au jour où le Cœur arrive à envoyer un message.
    « Tu fais fausse route. Tu n’es pas cela ! »
    Un long travail commence alors sur un autre chemin mais combien de mois, combien d’années faudra-t-il ?

    Le Pardon est l’ultime porte à pousser… sans appréhension et sans aucune attente en retour…
    Peut être rien ne se passera sur l’instant.
    Et puis, plus tard, bien plus tard… un sentiment de Confiance, extrêmement puissant, investit la conscience
    Une paix profonde s’installe.
    En une fraction de seconde, toutes les peurs s’envolent.
    Les culpabilités s’évanouissent…

    En un instant, une coque se fracasse de tout côté, tout autour de soi pour laisser le cœur à nu.
    Juste le cœur, palpitant mais solide et lumineux comme un diamant…
    En un instant, un profond sentiment de liberté prend place…

    MERCi beaucoup, Jeanne pour ce partage.

    Je t’embrasse fort

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :